Joséphine, Marcelle et Stéphanie !

Olalala, si vous saviez depuis combien de temps je devais rédiger cet article. J’ai affreusement honte pour l’adorable Stéphanie qui a pris le temps de répondre à mes questions fin juin… et nous sommes… le 12 septembre soit 2 mois 1/2 plus tard… tout va bien.

Bon, pour ma décharge, entre temps, il y a eu un déménagement et une nouvelle maison toujours pas équipée en wifi (ce qui ne facilite pas les choses pour tenir un blog).

Puis il y a eu des vacances… et qui dit vacances, dit désintoxication des réseaux sociaux (enfin « tentative de »), temps passé avec les enfants, les copains, la famille, repos, farniente…

Bon en fait, dans la vraie vie, les vacances avec 3 enfants de moins de 4 ans, c’est crevant (bizarrement eux, ils n’ont pas du tout compris le concept de repos et farniente et encore moins celui de grasse mat). Et puis, les vacances, c’est pas du tout sain pour notre foie et notre corps. Trop de copains qui passent donc trop d’apéro, trop de barbecue, trop de glaces,…

Donc, moi contrairement à beaucoup, j’attendais cette rentrée avec impatience pour retrouver du temps pour moi… Allez les gosses, à l’école et chez la nounou (#mereindigne) maman doit reprendre le chemin du blog (et accessoirement celui du boulot !!!).

Je prends enfin le temps de rédiger ce petit bout d’article pour vous présenter une nouvelle interview d’une couturière que je suis avec beaucoup d’attention et de plaisir et cette fois ci, mon dévolu s’est porté sur Stéphanie, plus connue sous le joli pseudo de : « Joséphine sans Marcelle ».

Pourquoi elle ?? Et ben pourquoi pas, j’ai envie de vous dire ! Et là, vous sentez dans cette réponse, que mon été n’a pas complétement profité à mes neurones… Et bien vous avez raison ! (cf paragraphe sur le trop d’apéros !!)

Bon ok, je développe un peu.

Stéphanie a un univers gai et coloré, mais aussi un léger (voir gros) penchant pour le pattern hacking. Quand Stéphanie aime un patron, elle le rentabilise et elle le décline très souvent en plusieurs versions. Version de base ou version hackée, version courte ou longue, fleurie ou unie, à volants ou sans volant, boutonnée ou pas boutonnée,…

Et ça, ça me plait. Ce que j’aime en couture, c’est le fait de pouvoir créer sans cesse à partir d’un même patron pour arriver à des résultats complètement différents. Et je trouve qu’on sent à travers son compte instagram qu’elle s’amuse à imaginer et réinventer ses patrons coup de cœur ! Et moi, comme dirait l’autre, et bien « ça, j’achète !!! »

Comme toutes mes précédentes (et futures) interviews, j’avais envie d’en savoir un peu plus sur la talentueuse couturière qui se cachait derrière ce joli compte…

Et voici ce qu’elle m’a raconté :

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Dans la « vrai vie » je m’appelle Stéphanie, j’ai 33 ans. Je suis en couple depuis fort longtemps et nous avons deux filles. Je vis en région parisienne depuis toujours, mes racines sont bretonnes et j’en suis fière ! Mon mec m’a permis de découvrir le Portugal et sa culture. Nous partons chaque été et c’est une véritable pause chaque année pour toute la famille !

Que fais-tu dans la vie ? Et quand trouves tu le temps de coudre ??

Je travaille dans le domaine de la protection de l’enfance. Je me suis beaucoup cherchée avant de choisir ce domaine. J’aime autant mon métier que je peux le détester parfois !

La couture est un bon exutoire. Malgré le travail à temps plein et la vie de famille je trouve toujours un peu de temps pour coudre, cela demande un peu d’organisation. J’ai la chance (ironie !!) d’avoir une enfant qui dort peu… elle est très matinale et nous assistons au lever du soleil chaque matin (week end compris évidemment). Cela me permet de décalquer, couper, épingler en attendant que le reste de la maisonnée se lève. J’essaye de trouver le côté positif à la situation (trois ans que ça dure !).

Comment t’es venue la passion de la couture ?

J’ai toujours été « touche à tout », arts plastiques, bricolage, couture, tricot… petite j’étais toujours fourrée dans l’atelier de menuiserie de mon père. A l’adolescence, quand j’ai demandé une machine à coudre pour mon anniversaire j’ai reçu les regards ahuris de mes proches ! Je me suis formée seule avec des mois entier sans coudre puis je reprenais le chemin de la MAC, c’était très irrégulier. La passion s’est vraiment développée pendant ma première grossesse : tour de lit, turbulette et petites tenues ont été mes premières véritables réalisations. Petit à petit je me suis orientée vers la couture de vêtements. D’abord pour ma fille mais elle n’éprouvait pas vraiment d’engouement pour les porter, voire refusait !

Au fur et à mesure j’ai appris à faire des choix de tissus plus appropriés, puis à me perfectionner niveau technique (c’est-à-dire que mes lignes sont à peu près droites…).

Aujourd’hui je couds presque exclusivement pour moi, c’est très valorisant de porter ses vêtements et d’avoir parfois des compliments.

Il y a plusieurs années j’ai reçu un bon d’achat chez Lil Weasel et j’en ai profité pour suivre un cours sur les finitions. Ce cours était animé par la célèbre Marie de Aime comme Marie. Ce cours m’a permis d’apprendre quelques astuces comme faire de belles fronces.

Hormis ce cours, c’est en faisant que j’apprends à chaque fois, puis Youtube regorge de tutos. J’ai beaucoup appris des blogs et des échanges sur le net qui sont très riches.

Quelle est la meilleure astuce couture que tu pourrais nous donner ou que l’on t’ait donnée ?

C’est complètement bête tellement c’est évident mais pendant longtemps je trouvais qu’il était fastidieux de reporter la pince sur le tissus… jusqu’au jour où j’ai juste coupé le triangle sur le patron ! Une révélation… oui je sais que ce n’est pas l’astuce du siècle mais ça a changé ma vie (n’ayons pas peur des mots).

As-tu un coin couture spécifique ou comme moi, tu couds dans ton salon ??

Je suis très nomade. Lorsque j’étais en appartement le manque d’espace me contraignait à coudre dans le salon et ranger dès qu’il fallait passer à table. Puis nous avons eu la chance d’emménager dans une maison. J’ai trouvé un espace dédié à la couture mais finalement je couds quand même à proximité du coin repas ! C’est plus central dans la maison donc ça me permet d’être avec mes filles en même temps.

Comment définirais-tu ton style ?

Mon style… cette question est difficile. Je suis plutôt classique, assez peu d’excentricité. Mon meilleur ami est le jean’s ! Ma tenue préférée : une blouse ou chemise associée à un jean’s.

La couture m’a permis de réaliser des pièces que je n’aurai pas achetées dans le commerce (couleur ou forme).

Y a-t-il une pièce que tu aimes particulièrement coudre ?? Et à l’inverse une qui te fait peur ?

J’aime de plus en plus coudre les chemises parce que ça représente un vrai challenge. Quand je réalise une pièce je peux la reproduire plusieurs fois pour me l’approprier voire parfois la modifier, et je rentre dans une certaine zone de confort où me sens très à l’aise. La chemise est toujours une épreuve tant elle demande de la minutie.

Une pièce que je n’ai jamais faite est le pantalon… je n’ai pas particulièrement peur au sujet de la réalisation mais du rendu final. Je porte beaucoup de jean’s et les pantalons sont tellement long à choisir en cabine… jambes, fesses, cuisses !!! Que passer beaucoup de temps sur un projet pour ne pas le porter m’ennuierait.

Comment choisis-tu les patrons que tu couds ?

Au coup de cœur. J’ai débuté avec les patrons de la marque Aime comme Marie (aime comme minute, aime comme must have…) mais ses modèles n’étaient pas adaptés à ma morphologie… (Je suis revenue vers cette marque cette année en réalisant Moineau, Donnez-moi un aime…) je me suis perfectionnée avec Deer and Doe (Beladone, Sureau et Datura) les articles permettant d’adapter le modèle à sa morphologie ont été source d’apprentissage et une ouverture sur un nouveau monde de possibles.

Aime comme Moineau (col revisité)

A leurs sorties j’ai adoré le style des patrons de la créatrice de Slow Sunday Paris, l’originalité de ses modèles !! Bizarrement je découvre et expérimente depuis peu les patrons de RDC. Je suis fan !! Pourquoi ai-je attendu ?!
Robe Forget me not de Slow Sunday Paris revisitée Top Ursula de République du Chiffon version robe

Top Louise de République du Chiffon

Je ne pourrais pas citer toutes les marques aimées mais au regard de mes réalisations on comprendra que je voue un culte aux patrons de Delphine et Morissette !

Mon dernier gros coup de cœur revient à la marque Chez Machine, des modèles dotés de nombreux détails astucieux au style casual que j’affectionne particulièrement.

Désormais j’essaye d’être plus réfléchie et mesurée dans mes achats. J’attends de voir les réalisations des patrons convoités pour définir si cela va être adapté à ma morphologie. (en vérité ce n’est pas toujours vrai, dernier achat compulsif : Albane et Anissa ! c’est le principe du coups de cœur !)

Quel est le patron que tu as le plus cousu et pourquoi ??

Je me définirais comme une collectionneuse… je ne sais pas si c’est le terme le plus approprié, je devrais peut être explorer la liste des pathologies pour trouver la mienne dans ce domaine ! Quand j’aime un modèle, ce qui arrive souvent, je peine à me limiter à une version.

Combinaison Anissa de Chez Machine (version short ou revisité version robe)

L’indispensable, de Delphine et Morissette, doit être la tunique la plus cousue. J’aime beaucoup son feet et ce modèle permet des déclinaisons multiples. Un bon basique doté d’originalité qui change de style selon le tissu choisi.

L’indispensable de Delphine Morissette 

Quel(les) est (sont) ta (tes) réalisation(s) couture dont tu es la plus fière ?

Dès que je termine une pièce, que je l’enfile et que ce que j’avais imaginé correspond à ce que je vois dans le miroir se dessine un sourire béat… voire un trépignement… voire une danse de la joie ! je suis sure que ce moment de grande satisfaction est partagé par la plupart d’entre nous.

J’ai été très fière de réaliser la veste Donnez-moi un Aime car je l’ai doublée et la réalisation de veste est toujours un peu inédit ! Le modèle Jolene de Ready to sew a été un bon moment aussi, col, pied de col, boutonnières et fronces !

Teddy Donnez Moi un Aime de Aime comme Marie

Où achètes-tu ton tissu ?? Et es tu attentive à la provenance des tissus ??

J’achète beaucoup de tissus au marché près de mon domicile (Antony dans les Hauts de Seine). Il y a des coupons de trois mètres qui proviennent de liquidation de marques (Paul and Joe, Papa pique et Maman coud, Faconnable, Isabel marrant, Cyrillus…). Sinon les classiques Mondial Tissus et Euro tissus. Les merceries sur le net sont aussi source de dépenses mais j’aime toucher le tissus avant d’acheter donc bien souvent je craque après avoir vu le tissus par ailleurs ou sur des valeurs sures.

La couture est une activité qui peut être onéreuse et le choix du tissu y contribue. Je suis sensible à la provenance et la qualité du tissu mais je ne peux pas toujours me l’offrir.

On connaît toute des loupés en couture. Est-ce que ça t’arrive encore de coudre des choses pour toi et de ne jamais les porter car pas la bonne coupe, trop de défauts,… ???

Oui bien sûr !! Des loupés par rapidité, par inadvertance. Je fais encore des choix de tissus qui ne vont pas toujours avec le modèle choisi ! Les loupés arrivent souvent quand je tente de modifier un patron de base.

Je suis une flemmarde et ne réalise jamais de toile. Je fais attention quand je couds un nouveau modèle à choisir un tissu que je vais facilement retrouver ou peu cher.

Mon temps imparti pour cette activité est compté et coudre une pièce pour ne pas la porter est rageant !

Quel est ton rapport aux blogs, à Instagram, aux podcasts,… ?

Je peux dire que je suis addict (avis largement partagé par mon mec !) j’adore lire, découvrir les photos, les articles et vidéos des unes et des autres. Ça me fascine, c’est une vraie source d’inspiration. Les réalisations vues sur le net me permettent de confirmer ou non mes choix, et de repenser des modèles sur lesquels je ne m’étais pas arrêtée.

Je suis impressionnée par les liens que l’on peut créer au-delà des écrans. Le net m’a permis des rencontres inespérées. Répondre à tes questions en fait partie.

As-tu déjà envisagé de faire un blog pour nous raconter tes cousettes dans le détail ??

Oui j’y ai pensé mais je ne pense pas apporter quelque chose qu’il n’y ait déjà. Je suis admirative des bloggeuses et prend un grand plaisir à les lire. Au-delà du détail des cousettes, il faut un talent d’écriture (je pense à Perrine d’Auguste et Septembre, Alice de Coussin du Singe, Marie de Basile et Léon J) ces articles racontent une histoire en sus de la couture ! Tenir un blog c’est se livrer encore plus qu’IG il me semble.

L’aventure IG est récente pour moi et j’aime ce média instantané qui me permet de partager tout en gardant une petite part de mystère… (beaucoup moins depuis que je réponds à tes questions)

Et enfin, pourquoi ce nom de Joséphine sans Marcelle ???

Je partage la passion de la couture et des loisirs en général avec ma BFF qui s’appelle également Stéphanie. L’année dernière nous avons réalisé une petite vente de produits fait main à l’occasion du marché de noël de sa ville. Il a fallu se nommer… je lui ai proposé de reprendre les prénoms de mon arrière-grand-mère (Joséphine) et sa grand-mère (Marcelle) qui étaient toutes deux couturières. Un joli clin d’œil à celles qui nous ont surement transmis une passion. Lorsque j’ai ouvert cette petite fenêtre IG il y a bientôt 8 mois j’ai conservé ce nom que j’affectionne tant mais sans Marcelle !

 

Et voilà, cette interview touche à sa fin. Je remercie chaleureusement Stéphanie d’avoir joué le jeu et pour sa patience quant à la publication de cet article !

Votre pause lecture est terminée, vous pouvez reprendre une activité normale (enfin, derrière votre MAC quoi !).

 

 

 

6 Commentaires

  1. Perrine

    Et bien c’était super !!!
    Merci pour cette jolie pause et pour la dédicace les copines 🙂

    Répondre
    1. Basile et Léon (Auteur de l'article)

      You’re welcome darling !

      Répondre
  2. Sylvie

    Je suis encore plus fan ! Merci pour ce nouvel article Marie et merci pour ces jolis partages Stéphanie… hâte de partie en virée chez Gérard !

    Répondre
    1. Basile et Léon (Auteur de l'article)

      Avec plaisir !!!

      Répondre
  3. CaroAB

    Merci pour cet article et ÉNORME MERCI à Stéphanie pour le truc des pinces auquel je n’avais jamais pensé !

    Répondre
    1. Basile et Léon (Auteur de l'article)

      Avec plaisir !!!! et moi non plus je ne connaissais pas le truc des pinces !!!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *