Clotilde et sa garde robe capsule

En ce début d’année 2017, il était inconcevable pour moi de ne pas donner la parole à l’instigatrice du superbe projet : « coudre sa garde robe capsule 2017 », j’ai nommé Clotilde, plus connue sous le pseudo @clo_piano.

A moins de sortir d’une phase de longue hibernation ou de revenir du Vendée Globe et de 2 mois en mer, vous n’avez pas pu passer à coté de ce fameux projet, initié par Clotilde et dont le célèbre hashtag (#jecoudsmagarderobecapsule2017) à été repris à la date d’aujourd’hui, plus de 1000 fois sur les réseaux sociaux.

Clotilde, je l’ai découverte l’année dernière, via IG. Au delà de ses talents de couturière, j’ai été particulièrement attirée par ses réflexions autour de la couture raisonnée et de la garde robe réfléchie. L’idée : ne pas coudre tout et n’importe quoi. Coudre des pièces qui nous sont morphologiquement compatibles. Réfléchir à ses coutures dans un ensemble afin que toutes les pièces soient cohérentes les unes avec les autres. COUTURE, REFLEXION ET COLLECTION ! Son blog est d’ailleurs très souvent alimenté d’articles très complets sur le sujet.

Fin 2016, ses illustrations et sa mini collection capsule « Clo and the City » ont aussi retenu mon attention. J’ai découvert par la suite, que cette mise en forme de ses réflexions n’est pas nouvelle car dès 2014, elle mettait déjà en forme ses projets couture sur des planches de style (à voir sur son blog).

BIEN REFLECHIR ET PRENDRE SON TEMPS, tel est le crédo de Clotilde !

Atteignant moi meme l’âge de raison « couturesque », et étant en pleine réflexion sur ma consommation excessive de couture, le blog de Clotilde me parle et son projet capsule encore plus.

J’ai donc voulu en savoir plus sur cette jolie couturière talentueuse (et j’insiste sur le joli, car elle a tendance à un peu trop se dénigrer à mon gout !!) et la genèse de ce projet de garde robe capsule 2017…

Que fais-tu dans la vie ? Et quand trouves-tu le temps de coudre ??

Dans la vie, je travaille au CHU de Bordeaux en tant que secrétaire médicale, cela fait 10 ans maintenant ! Depuis la naissance de mon 2ème garçon, je travaille à temps partiel, j’ai donc un mercredi matin où je suis libre, mais également les jours où j’embauche tard, car j’ai pratiquement ma matinée de libre. Avec un mari pâtissier qui est absent une grande partie du weekend, je profite donc à fond de ces matinées de libre pour coudre et bloguer.

En journée et le weekend, la couture devient secondaire, je m’occupe de mes enfants, j’aime jardiner, mais dès que je le peux, je scotche un patron, je couds un ourlet, bref j’essaie de rentabiliser mon temps un max. Toutes mes machines sont à portée de main cela facilite grandement la chose.

Comment t’es venue la passion de la couture ? 

C’est la tante de mon conjoint qui m’a donné le virus de la couture. Elle et sa soeur (la mère de mon homme donc) sont des dingues de patchwork, et elles s’étaient embarquées dans un projet de grande envergure et n’en voyaient pas le bout. J’étais dans les parages à les regarder d’un coin de l’oeil les bras croisés, et la tante de mon homme a décidé de m’installer derrière la machine à coudre pour les aider. Elle a vérifié en moins de deux si je savais coudre droit, et c’était parti. Quelques jours plus tard, je me retrouvais à Emmaus acheter ma première machine, et je m’embarquais dans la couture d’accessoires et de petites décos pour bébé, j’attendais alors mon premier enfant, c’était en 2009.

Je n’ai jamais pris de cours de couture, j’ai appris sur le tas, en faisant des erreurs, en fouinant sur le net, en discutant sur les forums, et surtout, je ne me mettais pas de limites. L’envie était trop forte, je poussais les barrières au fur et à mesure, et j’avoue qu’être testeuse des patrons Deer&Doe pendant leurs premières années m’a appris une rigueur : il fallait faire bien les choses, il n’y a avait pas d’autre choix ! Cela m’a aussi permis de me dépasser, et d’affronter mes peurs : le T shirt Plantain a été mon premier projet en jersey et je me rappelle avoir confié à la créatrice de Deer&Doe ma hantise et mes appréhensions à ce sujet…

Quel(les) est (sont) ta (tes) réalisation(s) couture dont tu es la plus fière ?

Alors, le premier projet qui me vient à l’esprit c’est la robe Centaurée de Deer&Doe. Cela n’est pas le projet le plus technique que j’ai réalisé, mais c’est définitivement une des mes robes préférées pour plein de choses : non seulement je suis ultra fan de mon choix de tissu et d’avoir placer le passepoil doré au bon endroit, mais en plus je suis hyper fière de mes finitions, notamment sur la pose du biais pour l’encolure et les bretelles. En plus, ce modèle a été mon premier vêtement à fines bretelles et pour une fille ronde comme moi, cela veut dire beaucoup de choses !! S’assumer, se sentir bien dans son corps, avoir confiance c’est tout un concept fragile chez moi… Alors qu’en un vêtement me rend aussi jolie – c’est pas moi qui le dit, c’est l’Homme ^^ – et bien j’en suis fière 😀

Robe Centaurée de Deer & Doe

Y’a-t-il des choses qui te font encore peur en couture ? Ou des choses que tu n’aimes particulièrement pas faire ??

Peur ? Euh… non. Maintenant, j’aime les défis, et si j’aime un modèle, la technique ne m’arrête plus. Ce qui peut me refroidir c’est le nombre de pages à assembler pour reconstituer le patron, là j’avoue, j’ai une flemme monstrueuse ! Et la partie que j’aime le moins en couture, c’est reporter les repères : je m’y prends toujours à plusieurs fois car j’ai peur de rater quelque chose, et j’enrage lorsque je me rends compte que c’est le cas, et que je suis derrière la machine à coudre et que le patron est rangé dans sa petite pochette…

On connaît toute (je pense) des loupés en couture. Est-ce que ça t’arrive encore de coudre des choses et de ne jamais les porter car pas la bonne coupe, trop de défauts,… ???

Ah et bien, que l’on se rassure tout de suite, moi aussi j’en rate des projets. D’ailleurs, j’en avais un peu parlé sur mon blog en fin d’année dernière, mais je compte bien leur dédier un article un jour – histoire de décomplexer un peu… J’ai le souvenir de 3 projets ratés récents : le cardigan Saunio de Named, dont j’ai complètement foiré à cause d’un mauvais choix de tissu ; une belle maille bien lourde beige que j’ai malheureusement sacrifié car cela gondolait affreusement dans le bas du dos, le top Asmar du livre Jolies Tenues par Jolies Bobines, qui s’est avéré trop court donc jamais porté (adieu ma double gaze moutarde à pois) et une blouse Nantes en viscose blanche hélas trop transparente, donc jamais portée là encore…

Quelles sont tes sources d’inspiration en couture ?

Je n’ai pas d’inspiration particulière, je regarde tout, je suis à l’affût de tout, je passe un certain temps sur Pinterest à fouiller les looks, et trouver de l’inspiration justement. Je fais un 44-46 mais je peux très bien être influencée par une blogueuse qui fait du 34-36, tout est une question de style 😀

Comment définirais-tu ton style ?

Et justement donc, pour le style, j’aime les lignes épurées, un style simple, casual mais avec des détails féminins. J’aime les couleurs neutres – le noir est en passe de devenir ma couleur préférée – donc je mise tout sur les accessoires et/ou les chaussures pour rehausser une tenue. Je n’aime pas les vêtements trop féminins (taille marquée, vêtement ajusté, etc…), je suis rarement maquillée et souvent décoiffée. Voilà, c’est moi.

Quelles sont tes marques de patrons préférées ? Tes boutiques de tissu (en ligne ou non) préférées ?

Difficile de faire un choix vu que je suis une inconditionnelle des marques de patrons indépendantes (soutenons nos créateurs !!).
Côté français, impossible de me passer de Deer&Doe et de République du Chiffon. J’aime beaucoup aussi Anne Kerdiles Couture, Wear Lemonade, et la toute récente Ready to Sew
Côté anglosaxon, j’aime la marque canadienne Closet Case Files pour sa touche moderne, Grainline Studio pour le côté boyish, et je suis abonnée au magazine Seamwork qui publient des modèles très adaptés au quotidien. Mention spéciale à la marque Thread Theory pour le vestiaire masculin pratiquement complet qu’elle propose, mais aussi pour les modèles femmes qui sont charmants.

Pour les tissus, j’en commande rarement en ligne. J’aime toucher, sentir les matières, voir les couleurs en vraies, donc je bouge mes fesses et je vais au marché St Michel à Bordeaux – mon porte monnaie est ravi ! De temps à autre, je me rends à Mondial Tissus (Mérignac) ou à Diffus Laine Tissus (Gradignan) mais seulement en cas de projet précis en tête. Sinon, j’ai reçu en cadeau récemment 150 € de tissus chez Les coupons St Pierre, et j’ai pu constater de la qualité et des matières, donc je pense qu’un jour peut être, je ferai une commande.

Veste Tanger de Anne Kerdiles Couture

Combinaison Jackie de République du chiffon

Body Nettie et Jupe Zephyr de Deer and Doe

Peux tu nous (re) présenter ton projet capsule ?

Le projet « Je couds ma garde robe capsule » est étalé sur l’année : l’objectif est de coudre un vêtement par mois et par catégorie. Les catégories sont les suivantes : un haut (chaine et trame), un haut (jersey), une chemise, une jupe, un short, une robe, une combinaison, un maillot de bain, un manteau, une veste, un vêtement de nuit et un pantalon. Chacun est libre de choisir quel vêtement coudre tel ou tel mois, la seule contrainte est de publier son vêtement le dernier jour du mois. Une variante de ce projet est possible, en réalisant un projet tout les deux mois, appelée « mini capsule ».

Comment t’es venue cette idée ??

Le projet capsule, au départ je l’ai pensé pour moi. Je suis très couture « raisonnée », j’aime organiser, planifier, et je poste régulièrement des articles sur mon blog à ce sujet. J’imagine deux fois par an des mini collections, mais cette fois ci, j’ai eu envie d’un projet proposant plus de liberté, inspirée de la mouvance anglosaxone « Make Nine » (mouvance qui propose de choisir les 9 patrons que l’on veut coudre pendant l’année). Je voulais également coudre varié, pour éviter d’avoir trop de robes, trop de hauts, etc… et j’ai été motivée par l’envie de coudre des patrons que j’avais en stock depuis des lustres… Il faut reconnaître que des patrons de couture sortent régulièrement, sans compter les nouvelles marques apparaissent dans ce milieu, et j’avoue que je me suis vite retrouvée engloutie sous une masse de projets et d’envie que je n’arrivais pas à concrétiser… Ce projet est donc aussi et surtout un objectif concret pour utiliser des patrons de couture que j’ai achetés mais jamais réalisés. , mais c’est aussi l’occasion pour moi de continuer à me « centrer », à affiner mes envies, et à privilégier la qualité, plutôt que la quantité…

Que penses tu de l’accueil (de fou !!) réservé à ton projet ?

Franchement, j’hallucine, je m’attendais vraiment pas à ça…. Au jour d’aujourd’hui, j’ai décompté plus de 450 participations au projet et le #jecoudsmagarderobecapsule2017 a été utilisé plus de 1100 sur les réseaux sociaux. Un groupe sur Thread&Needles a même été créée pour l’occasion, afin que celles et ceux qui n’utilisent pas les réseaux sociaux ou les blogs puissent participer à cet événement. Et moi, je croule avec le Service Après Vente, mais je suis heureuse ! Heureuse d’avoir embarqué tout ce petit monde avec moi, heureuse d’échanger et de partager autour de nos projets, heureuse d’avoir donné envie à certains de relancer leurs blogs, heureuse d’avoir donné envie à d’autres de coudre « mieux » ».

Qu’en attends-tu (enfin si tu en attends quelque chose ?)

Franchement, ce projet m’a apporté déjà bien plus que ce que je n’aurais imaginé… Mais d’un point de vue un petit plus personnel, j’attends de moi de lever le pied et de m’en tenir à ces 12 projets, pour pouvoir me permettre d’essayer autre chose (broderie et patchwork notamment). Sinon secrètement, je rêve que ce projet fou prenne une toute autre dimension : celle où des marques de patrons et des boutiques en lignes s’y associent en tant que partenaires et proposent des lots à gagner à la fin de l’année !

 

Et voilà, cette interview est terminée. Je tiens à remercier Clotilde de m’avoir, grâce à ses articles et ses projets, ouvert les yeux sur ma consommation excessive de couture et sur l’intérêt de prendre son temps, tout en continuant à coudre avec plaisir. Un énorme merci aussi d’avoir accepté de répondre à mes questions.

Et si jamais des marques de patrons ou des boutiques de tissus ou autres, lisent ces lignes, et qu’elles ont très envie de monter dans le bateau de ce superbe projet, n’hésitez pas à joindre Clotilde !!!

Crédit photos : @clo_piano

5 Commentaires

  1. Chez Machine

    Parce qu’on croit passionnément à ce projet, tu peux compter sur nous Clotilde pour être partenaire! Merci Marie pour cette interview encore une fois, au top!

    Répondre
  2. Couture en coulisse

    Super Marie !!! Ravie d’en savoir plus sur Clotilde !!! Évidemment je participe à son projet !!! Tres belle initiative sur la couture raisonnee et raisonnable…

    Répondre
  3. Manan

    Je suis très heureuse de faire un peu plus connaissance avec Clotilde! Merci pour cet interview.

    Répondre
  4. CLOT-OURGHANLIAN JULIE

    merci pour cet article dont j’ai eu connaissance par instagram, ce qui m’a dfait découvrir le site. j’adore les billets de Clotilde, son style (les blogueuses qui écrivent bien ne sont pas si nombreuses) comme ses réalisations . Cela m’a fait plaisir de voir qu’elle avait finalement débuté assez tard la couture (ça donne de l’espoir !), j’avoue que je n’ai pas bien compris comment elle pouvait coudre autant avec 2 enfants mais bon, tout est question d’organisation…. en tout cas son côté cash voire un peu ninja me plait beaucoup !

    Répondre
  5. Pingback: Ma (mini) capsule – La Petite Couturière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *